Archives mensuelles : octobre 2015

Retour sur la soirée de lancement de notre campagne de crowdfunding !

Le 9 octobre 2015 avait lieu le lancement de notre campagne de crowdfunding organisé par Touiza Solidarité Ile-de-France  à la salle La Métisse à Paris ! C’est autour d’un pot festif et convivial que nous nous sommes donnés rendez-vous. Retour sur cette soirée solidaire…

« Très belle initiative ! », « Bonne idée », « Nous allons vous soutenir », « BRAVO », voici les petits mots que nous ont laissé les participants après notre soirée de lancement… Ces mots nous ont touchés et renforcent notre conviction que le projet associatif de Touiza Solidarité Ile-de-France est et doit rester avant tout le vôtre !

Alors tout d’abord un GRAND MERCI !

Nous souhaitons remercier l’ensemble des personnes présentes qui nous ont permis de passer une agréable soirée riche en échange.

Un merci spécial à Lakhdar et TV web Kabyle pour le beau reportage qu’ils ont réalisé sur la soirée et le projet !


Expo photo et vidéo de porteurs de projets que nous avons accompagné par le passé, et dont nous sommes fiers !

Photo événement CF TSIDF (1)
Durant cette soirée, nous avons proposé aux participants de se mettre dans la peau de gestionnaire de projets à travers un petit jeu ludique. L’objectif était de faire découvrir comment Touiza définit et monte un projet, et de réfléchir ensemble difficultés que rencontrent les artisanes et artisans Kabyles afin de faire émerger des solutions… Et qu’en ressort-il ? Nous avons la même vision ! Formations, accompagnement, soutien financier : c’étaient leurs propositions … et ce sont aussi celles que Touiza met en œuvre à travers le projet CODESOL !

Plats et musique kabyle

Parce qu’ils nous ont permis de voyager avec des saveurs et plats Kabyles, nous souhaitons tout particulièrement remercier Azzedine et l’association Bouzeguene Europe pour leur repas fabuleux !

Photo événement CF TSIDF (3) Photo événement CF TSIDF (2)

Certaines invitées sont spontanément venues parées de beaux bijoux d’artisanat Kabyle. On adore ! D’autres nous ont raconté en aparté leur région d’origine. Grâce à vous, nous étions aux portes de la Kabylie !

Photo événement CF TSIDF (4)
Des invitées parées de leurs plus beaux bijoux Kabyles

Présentation du projet et des possibilités d’engagement par la Présidente du réseau Touiza Solidarité, et du principe du crowdfunding (financement participatif) par CoFundy

Cet événement a été l’occasion de présenter plus en détails le projet CODESOL et notre campagne de crowdfunding. Annie, présidente du réseau Touiza Solidarité, a insisté sur l’importance de se mobiliser tous ensemble pour atteindre notre objectif : récolter 6000€ en 45 jours afin d’aider les artisanes et artisans soutenues participant au projet CODESOL à lancer leur entreprise.

Photo événement CF TSIDF (5) Photo événement CF TSIDF (6)

Convivialité et Solidarité étaient les maître-mots de la soirée !

Vous souhaitez vous engager auprès de Touiza en ile-de-France ? Contactez-nous : touizasolidarite.paris@gmail.com

A très bientôt !

Vous habitez Marseille ? Ne manquez pas la soirée de soutien organisée par Touiza Solidarité Marseille le 6 novembre : https://www.facebook.com/events/1514861292171803/

Publicités

Fin de la deuxième session de formation à destination des jeunes artisan(e)s

La deuxième session de formation sur le thème de la création de la microentreprise s’est achevée le dimanche 18 octobre. A l’instar de la première session, celle-ci était animée par un formateur de la Chambre d’Artisanat et des Métiers de Tizi Ouzou, qui s’appuyait sur les modules de formation du dispositif GERME (« Gérez mieux votre entreprise »), conçu par le Bureau International du Travail.

CIMG2354
20 artisans ont participé à cette seconde session de formation, portant l’ensemble des porteurs de projet à 37 personnes. Ont été abordés au cours de la formation les domaines nécessaires à la création de son entreprise : décrire son idée d’entreprise, établir un plan marketing, estimer ses ventes, planifier la production et les ventes, décider des investissements et du personnel nécessaire, estimer ses besoins de crédit, etc.

CIMG2366 CIMG2352

A l’issu de cette formation, les artisans se sont vus remettre un diplôme attestant de leur participation. Prochainement, ces 37 jeunes artisanes et artisans seront accompagnés et conseillés de manière plus individualisée par l’ADELS dans la création de leur petite entreprise (ateliers d’aide en petit comité, soutien dans la collecte de documents, dans la constitution du business plan, du plan marketing, etc).

CIMG2421 CIMG2426 CIMG2436

Avec votre soutien via CoFundy, ces artisan(e)s pourront bénéficier de formations en gestion de microentreprise et de formations techniques une fois leur activité lancée.

Parlez-nous de votre artisanat !

Le réseau Touiza Solidarité souhaite donner la parole à des artisanes et artisans, à leurs enfants, à leurs amis…. Car l’artisanat, ça n’est pas seulement des objets créés… mais avant tout les hommes et les femmes qui les créent et les acquièrent !

Témoignez pour faire découvrir au plus grand nombre l’artisanat Kabyle, transmettre vos savoirs, et, pourquoi pas, insuffler de nouvelles vocations ou redonner du courage à d’autres !

Kabyles de France ou de Kabylie, artisan(e)s ou enfants d’artisan(e), simple passionnés ou professionnels, débutants ou confirmés, encore en activité ou à la retraite :

VOUS pouvez témoigner !

temoignage

Vous êtes artisan(e)s – amateur(e)s ou professionnel(le)s – ?

Partagez votre expérience !

Pour Touiza, vos parcours sont une richesse ! Le projet CODESOL est aussi l’occasion de vous donner la parole et de mettre en lumière vos savoirs.

Vous seuls pouvez…

Témoigner de comment / grâce à qui vous avez acquis votre savoir-faire.

Nous dire pourquoi vous avez choisi cette activité, ce métier, cette passion.

Révéler ses bons cotés et ses difficultés.

Souligner les soutiens que vous avez reçu.

Expliquer les évolutions artistiques, managériales ou autres que vous avez voulu apporter.

Mettre des mots sur votre fierté d’exercer ces métiers.

Plaider d’expérience pour que nos sociétés actuelles agissent pour sauvegarder les pratiques artisanales et encourager les jeunes à perpétuer ces activités.

Et bien d’autres sujets !

Vous aimez et soutenez l’artisanat ?

Dites-nous pourquoi !

Partagez avec nous votre amour de l’artisanat !

Émotion ? Qualité ? Design ? Tradition ? Culture ? Parlez-nous en avec vos mots !

Votre témoignage est essentiel, pour donner à d’autres l’envie de découvrir l’artisanat kabyle ! Car plus on aime et mieux on protège…

Envie de participer?

Contactez-nous ! Touizasolidarite.paris@gmail.com ou 06.17.30.11.90

Échanges par mail, téléphone, skype, vidéo, nous nous adapterons à votre souhait !

La wilaya de Tizi Ouzou


Situation géographique et administrative

La wilaya de Tizi-Ouzou se situe à 100 kilomètres d’Alger et fait partie de ce qu’on appelle « la Grande Kabylie ». Elle se situe au cœur du massif du Djurdjura et présente ainsi un relief montagneux fortement accidenté qui s’étale sur une superficie de 2 994 km², limitant de ce fait le potentiel agricole (32% de la superficie ). Les très hautes montagnes (pentes égales ou supérieures à 25%) occupent plus de la moitié de la superficie de la wilaya. Mais elle possède aussi une large ouverture sur la mer Méditerranée avec plus de 70 kilomètres de côtes.Elle a 70 kilomètres de côtes sur la mer Méditerranée.

Suite au dernier découpage administratif de 1984 où l’Etat algérien avait créé 19 nouvelles communes, la Wilaya de Tizi- Ouzou compte désormais 21 daïras et 67 communes qui s’étendent sur une chaîne côtière composée des Dairas de Tigzirt, Azzeffoun, un massif central situé entre l’Oued Sebaou et la dépression de Drâa El Mizan Ouadhias.
Il s’agit de la wilaya comptant le plus de communes en Algérie. Les plus grandes villes sont Tizi Ouzou, Drâa El Mizan et Azazga.

Route Beni Yenni (27)Route Beni Yenni (23)

La population de la wilaya

Selon les données de l’ANDI (Agence Nationale de Développement de l’Investissement), la population totale de la wilaya atteignait en 2012 1.127.166 habitants avec une densité moyenne de 429 habitants / km2, chiffre très élevé pour une zone de montagne. Cependant la répartition de la population est loin d’être égale. Certaines localités sont beaucoup plus concentrées en habitants, comme la commune de Tizi Ouzou dont la densité de population est estimée à 1.320 habitants au km². A contrario, d’autres localités, situées principalement dans les régions montagneuses ou enclavées, sont faiblement peuplées.

On observe dans la wilaya une certaine tendance à la baisse du taux d’accroissement de la population, tout particulièrement de 1998 à 2008. Durant cette période, 37 des 67 communes enregistrèrent un taux négatif, synonyme de déperdition de la population dans certaines localités. On peut expliquer cette tendance à la fois par des flux migratoires liés aux conditions socio-économiques difficiles (baisse des investissements, fermeture s de plusieurs unités économiques de la wilaya), mais aussi en raison de la situation qu’a traversée le pays durant la décennie noire du terrorisme, ayant frappé en plein les zones rurales et montagneuses et la Kabylie en particulier.
Cependant à partir de 2009 le taux d’accroissement annuel se stabilise autour de 1,5%, ce qui reste néanmoins plus bas que la moyenne nationale, supérieure à 2%.

Route Beni Yenni (16)Route Beni Yenni (17)

Quelques données économiques

La plupart des emplois de la Wilaya proviennent du secteur tertiaire (commerce, services et transport). Derrière, l’administration continue largement à pourvoir des emplois prisés car considérés comme stables et durables, même si moins rémunérateurs. L’industrie et le BTPH (bâtiment, travaux publics, hydraulique) occupent respectivement les 3èmes et 4èmes rangs. Le secteur agricole quant à lui vient en dernière position et n’emploie que 5,2% de la population occupée (les caractéristiques montagneuses de la région limitent la surface agricole disponible) .

Le taux de chômage de la Wilaya de Tizi Ouzou estMais la Wilaya de Tizi-Ouzou est touchée par un taux de chômage relativement élevé et atteignaitatteignant près de 25,6% en 2011 (contre 18% fin 2009), soit plus de 90.000 demandeurs d’emplois. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces difficultés, dont certaines dues à la structure générale de l’économie algérienne (manque d’une industrie de base capable de dynamiser l’économie nationale, faiblesse du secteur privé nationale, dépendance du secteur des hydrocarbures…) et d’autres liés au manque de valorisation des atouts du territoire.

La plupart des emplois de la Wilaya proviennent du secteur tertiaire (commerce, services et transport). Derrière, l’administration continue largement à pourvoir des emplois prisés car considérés comme stables et durables, même si moins rémunérateurs. L’industrie et le BTPH occupent respectivement les 3èmes et 4èmes rangs. Le secteur agricole quant à lui vient en dernière position et n’emploie que 5,2% de la population occupée.

Depuis le début des années 2000, la hausse du prix international de l’énergie, principale source du pays en devises, a permis une certaine embellie financière en Algérie, conduisant l’Etat à beaucoup investir dans les infrastructures. La wilaya de Tizi-Ouzou a pu ainsi bénéficier du développement de son réseau routier (près de 5000 kilomètres) et ferroviaire (18 kilomètres), de son infrastructure portuaire (deux ports) et hydraulique, ainsi que de son réseau d’l’électrification (qui a ramené la wilaya à un taux de 95%).

En revanche, la wilaya peine à construire suffisamment de logements, surtout depuis 2008 alors que la demande s’accentue. Le déficit actuel en logement est estimé à 117 000 unités, sur la base de recensements et de demandes formulées par les particuliers. Néanmoins, ce chiffre pourrait être ramené à 80 000 selon les services en charge, après assainissement des fichiers des demandeurs. Or seulement 60% de cette demande pourra être satisfaite au titre du plan quinquennal 2015-2019.

Une région riche de son patrimoine

Les richesses naturelles variées de la wilaya en font sur le papier une des régions à plus fort potentiel touristique du pays. A la diversité du paysage (région à la fois côtière et de montagne), il faut y ajouter une réelle richesse archéologique et artisanale.

Une grande partie du patrimoine archéologique se trouve dans la zone côtière de Tigzirt (qui a servi de site pour la construction d’une ville romaine) et d’Azeffoun (l’antique Rusazus, recelant des restes de murailles, de conduites d’eau et des thermes importants). Concernant le reste des vestiges romains, on peut évoquer en particulier le Temple du Génie, datant du IIIe siècle, et la Basilique Chrétienne.

Naturellement, la wilaya est également réputée pour son artisanat traditionnel de qualité et original, que nous cherchons à promouvoir et à perpétuer par le biais du présent projet.

Route Beni Yenni (8)

La poterie kabyle

L’art de la poterie (modelage, cuisson, décoration) est en Kabylie traditionnellement typiquement féminin, alors que l’artisanat des tuiles est lui réservé aux hommes. Cependant la poterie aujourd’hui est d’avantage exercé par les hommes que par les femmes. La poterie kabyle s’est nourrie d’un ancrage africain d’une part et de l’art méditerranéen (formes arrondies et moulées, décors peints) d’autre part.

Photos Touiza 090

Ses techniques de fabrication rudimentaires et son caractère rural et exclusivement féminin (pendant longtemps) font de la poterie berbère une activité artisanale se démarquant totalement des autres productions méditerranéennes qu’elle semble avoir précédées.

IMG_1009La matière première est l’argile, de différentes couleurs selon les gisements, cuite à relativement basse température. Les poteries sont caractérisées par la pureté de leurs formes alliée à la simplicité des décors et à la complexité des motifs qui les ornent, dont les signes et symboles utilisés remonteraient à la période néolithique (9000 à 4000 ans avant Jésus-Christ). Il existe de nombreux motifs des thèmes décoratifs (treillis, quadrillages, droites parallèles, brisées et croisées, triangles). Ces signes graphiques, présentant les mêmes motifs de base, sont une des particularités de la poterie kabyle et constitueraient pour certains une écriture ésotérique, résidu d’une écriture originelle très ancienne elle-même sources des écritures méditerranéennes.

Si les poteries sont le plus souvent à caractère utilitaire et utilisées quotidiennement au sein du foyer (plats, pots, cruches, marmites, lampes à huile, jouets pour enfants), elles ont également une utilité religieuse ou superstitieuse, notamment lorsqu’elles ornent les mosquées et mausolées des saints et marabouts. Lors des cérémonies rituelles (réceptions, naissances, mariages) elles assurent le bon déroulement des événements et véhiculent des symboliques religieuses fortes. A l’occasion des fêtes de circoncision ou de mariage, on offre l’ensemble plat-bougeoir-gargoulette (récipient poreux en terme cuite destiné à rafraîchir le liquide qu’il contient). Ces trois objets sont ensuite gardés à vie et ne peuvent être prêtés ou vendus. Pour les mariages, d’imposantes lampes à huile dotées de 5 à 7 becs sont portées devant le cortège nuptial. Traditionnellement, afin de lutter contre le mauvais œil, le plat destiné à la cuisson des galettes était placé sur le toit de la maison de la mariée ou du nouveau-né afin qu’ils soient épargnés par la maladie.

CIMG0482

Alors qu’il existait de nombreux centres de production en Kabylie, cette pratique artisanale est désormais menacée, et le savoir-faire pourrait disparaître progressivement, les jeunes ayant tendance à délaisser cette activité faute de perspectives économiques suffisantes ou à s’expatrier faute d’emplois sur place.